Bosman, Kooiman et Dewolf invités d'honneur

À 28 ans, le Néerlandais Wim Kooiman arriva au Sporting en 1988 en provenance du Cercle où il avait déjà joué pendant huit ans. Quelques années auparavant, le capitaine des Vert et Noir avait brandi une coupe de Belgique, dont la finale contre Beveren s’était d’ailleurs déroulée… au Parc Astrid sous les yeux de Constant Vanden Stock. Wim évolua durant six belles saisons chez les Mauves. Il y disputa 151 matches et trouva le chemin des filets à douze reprises. Une jolie période lors de laquelle il remporta trois titres de champion, deux coupes et participa, comme titulaire, à la dernière finale européenne du Sporting à Göteborg en 1990. En 1994, Wim fit partie du deal qui amena Josip Weber dans la capitale et il retourna donc terminer sa carrière dans la Venise du Nord, pendant quatre nouvelles saisons. Après plus de 400 rencontres disputées au sein de l’élite belge, dans seulement deux clubs différents, le charmant batave raccrocha définitivement les crampons. Wim réside toujours dans notre pays.

C’est un Johnny Bosman déjà fort expérimenté qui rejoignit Wim Kooiman à l’ombre de Saint-Guidon en 1991. Après avoir été formé et avoir percé à l’Ajax (cinq saisons, 126 matches, 77 goals, un titre de champion, deux coupes et une coupe des vainqueurs de coupes), connu aussi de beaux succès au KV Mechelen (deux saisons, 61 matches, 34 buts, une supercoupe d’Europe) et au PSV Eindhoven (une saison, 30 matches, 11 buts et un titre de champion), ce redoutable finisseur vint encore étoffer son palmarès au RSCA. En cinq saisons et 156 matches, Johnny rafla trois titres (consécutifs), une coupe et fut deux fois meilleur buteur du club, pour un total de 71 réalisations sous nos couleurs. Johnny fut évidemment international (30 matches, 17 buts) et figura dans le noyau orange qui triompha dans le Championnat d’Europe organisé en Allemagne en 1988. En 1996, il quitta le Parc Astrid et s’en alla finir sa carrière dans son pays au FC Twente et l’AZ, avec… 522 matches et 251 buts au compteur !

Outre ces oranges mécaniques, Michel Dewolf sera la troisième légende présente au Lotto Park ce dimanche. Rendons à nos anciens joueurs l’hommage qu’ils méritent largement !